samedi 30 avril 2016

[Red Button's Nation] : Cristina

Der Sturm et Rudbaugh quittaient tranquillement la ville désertée par la sortie Ouest.

En la traversant la veille avec le convoi, ils avaient repéré quelques vitrines de magasins qui
les intéressaient. Le lendemain, ils avaient décidé d'y aller à deux, à pied, afin de voir s'il y avait encore
des fournitures récupérables.

D'autres avaient dû avoir la même idée avant eux… Le peu qu'ils trouvèrent était abîmé et inutilisable.

C'est alors que Rudbaugh eut la bonne idée d'aller explorer les appartements situés au-dessus des commerces installés en rez-de-chaussée. Ils avaient forcé une dizaine de portes durant la matinée,
et maintenant, ils repartaient, lourdement chargés, vers le camp provisoire qui était installé quelques kilomètres plus loin.

Les trouvailles avaient été bonnes : 2 couvertures, quelques boîtes de conserve, des allumettes, un grand couteau de cuisine, des sachets de thé pour Siaye, un jeu de clés pour la mécanique auto, un sac
de randonnée quasi neuf, 2 paires de chaussures de marche…

Les deux compères rentraient donc au camp en papotant tranquillement, tout heureux des trouvailles qu'ils ramenaient.

« …an antichrist,
I am an anarchist,
Don't know what I want but
I know how to get it… »

D'abord surpris, ils se regardèrent et s'arrêtèrent.

Le fusil de chasse de Der Sturm était apparu comme par magie entre ses mains. La main gauche
de Rudbaugh, vide quelques instants auparavant, agrippait fermement la poignée d'une épée.

« Qu'est-ce que c'est que ce boucan ? »

« Sais pas. Ça surprend… »

Le son avait baissé, mais on entendait encore un peu la musique.

Ils se remirent en route, sur leurs gardes. Quelques centaines de mètres plus loin, ils tombèrent sur Tank qui surveillait la route par laquelle ils arrivaient.

« Dis Tank… »

«… Oh what a name
Get pissed destroy ! »

« Putain, mais c'est quoi c'bordel ? Y s'passe quoi ici Tank ? »

« Rien de grave, » répondit celui-ci. « Yiprick a fait du troc avec des Cultistes, il a récupéré pas mal
de chose, dont un grand carton. À l'intérieur, il y avait des ronds en j'sais pas quelle matière sur lesquels
il y a de la musique enregistrée. Avec, y avait un appareil pour les lire… »

« Et alors ? »

« Ben Thorhart, il a installé l'appareil sur Cristina et il l'a relié au mégaphone sur le toit. Quand il met
de la musique dans sa voiture, tout le convoi l'entend : il dit que c'est bon pour le moral… »




Cristina est une voiture à pas cher de chez Action, grand fournisseur RBN pour le Nord…

À l'origine, comme d'autres qui n'avaient pas fait plus attention que moi, je l'avais prise pour un taxi.
Pour mon insconscient, ça devait être lié à la couleur. Gilel m'ayant indiqué dans les commentaires qu'elle ressemblait plus à un véhicule de police de la route Russe, force m'a été de constater qu'il avait raison !

Dans sa version grand public, Cristina ressemble à ça :




Ce qui m'a semblé bien sur ce modèle, c'est le mégaphone, haut parleur, ou ce que vous voulez qui est placé
sur le toit. Cela me donne la possibilité d'attribuer à Cristina l'option « Sono », qui permet à mon convoi
de relancer les dés de son test de moral s'il le rate.

La couleur du véhicule a été choisie par Madame Wallach. Il s'agit d'un Hawk Turquoise de chez celui-dont-on-ne-dit-pas-le-nom. Les paroles de la chanson, pour ceux qui ne connaîtraient pas sont des Sex Pistols, Anarchy in the UK. Les planches de bois sont des touillettes récupérées chez Méo lorsque je passe y boire un café, le reste, ce sont des fournitures de chez Minisocle (allez hop, coup de pub) et de chez feu Pardulon…

D'ailleurs si vous avez des adresses où je peux me procurer du barda pour mes véhicules (sacs, jerricans, tonneaux, etc.), je suis preneur.

And now, ladies and gentlemen : Cristina.













lundi 25 avril 2016

Lette ou ne palette…

RBN, c'est une règle. C'est aussi des pitous. C'est aussi des voitures… des camions… des 4x4… des cabriolets… des bus… des camions… des motos… tout ce qui roule, ou presque.

Il y a aussi les décors. Important ça, les décors.

Avoir une bande en full paint, figurines et véhicules, c'est sympa, mais lorsque que l'on peut les faire évoluer dans de chouettes décors, c'est encore plus immersif.

Tout en terminant doucement mon convoi (encore une fig d'Esclavagiste à terminer et quelques véhicules), je commence à cogiter sur le projet d'une table de jeu que j'aimerai dédier à RBN.

J'ai suffisamment de choses en stock, que ce soit en bâtiments, ou en aménagement.

Par « aménagement », j'entends toutes les petites merdouilles qui ne servent à priori pas à grand chose, mais qui, du fait de leur simple présence sur la table, contribuent hautement à « habiter le décor », à créer une ambiance, une atmosphère, et occasionnellement quelques couverts.
Par exemple, les piles de pneus, les bennes à ordures, les tas d'ordures, les panneaux, les bidons, etc.

J'ai déjà un peu de tout ça, mais quelques fois, c'est au moment où on s'y attend le moins que l'on tombe sur un truc sympa auquel on n'avait pas pensé, et qui finalement, va apporter une touche supplémentaire…

Dans le cas présent, c'est un ensemble de palettes  en plastique (10), trouvé sur la baie. Le rendu est très chouette, et je pense que cela va apporter une touche supplémentaire au décorum…



mardi 19 avril 2016

[Red Button's Nation] : Action !

Bon.

Wallach est un grand malade…

Action, pour ceux qui suivent plus ou moins les posts consacrés à RBN, est une chaîne de Discount à-pas-cher. Une solderie.

Dans toutes les merdouilles proposées, il peut parfois y avoir des pépites, bien cachées. C'est le cas des voitures miniatures au 1/43e. Le problème, c'est que la disponibilité dépend des arrivages. J'y suis déjà passé plusieurs fois, et je n'en n'ai récupéré qu'une seule…

Sur Warmania, ce matin, Cyrus a posté un message disant qu'il en avait trouvé quelques unes dans son coin.

Pas loin de là où je travaille, il y a un Action.

J'y suis donc allé ce midi. Il y en avait 22 en rayon, à 0,99 centimes d'euros. Maintenant, il n'y en a plus… ^^


21,78 euros pour le tout…


J'entends déjà les commentaires : « Mais tu n'as pas besoin de tout ça ! »

Effectivement. Je vais me servir. Il y aura du rab, très certainement. Avis aux amateurs…


dimanche 17 avril 2016

[Red Button's Nation] : Hank, Tank et Coyote

La fille sanglotait.

Son visage était couvert de boue et une vilaine plaie sur le haut du crâne saignait abondamment…

Allongée sur le dos à même le sol, elle respirait avec difficulté et n'arrivait plus à parler.

Elle avait fui Merc City rapidement, en direction de la Nation des Sables, territoire des Mutants.
Le terrain n'était pas facile pour la conduite : accidenté la plupart du temps, ce qui tenait lieu de route était plein de bosses et de trous… La fatigue se faisant sentir, ce qui devait arriver arriva.
Un quart de seconde d'inattention et elle perdit le contrôle de sa voiture. Après une terrible embardée
et une succession de chocs, elle perdit connaissance.

Lorsqu'elle se réveilla, elle était étendue sur le dos, incapable de bouger, paralysée… et cette douleur…
Elle s'évanouit à nouveau.

Elle revint à elle lorsque le jour se levait. Sa vision, d'abord floue, gagna en netteté. Devant elle se tenait une grande forme, au moins deux mètres cinquante de hauteur. Une femme, visiblement. Une mutante.
Sa peau était d'un vert très pâle, presque blanc par endroit.
Son corps présentait quelques malformations, dont la plus visible était le deuxième bras gauche, situé un peu au-dessous du premier.

La mutante se pencha sur la fille et lui releva doucement la tête pour l'aider à avaler le contenu d'un petit bol. Le contenu avait un goût agréable, légèrement sucré, et surtout, après l'avoir avalé, la fille se sentit apaisée.

« Je m'appelle Heda, dit la Mutante. Mes mutations font de moi une sorte de guérisseuse. J'ai profité de ton sommeil pour examiner ton corps. Tes blessures sont graves. Elles ne sont pas guérissables. Tu vas mourir. La préparation que je t'ai fait boire va apaiser la douleur et te permettre de partir doucement.
Je vais rester avec toi jusqu'au bout. »

Voyant que la fille se contorsionnait, visiblement pour lui faire comprendre quelque chose, elle ajouta :
« Ne t'inquiète pas pour tes garçons. Je m'en occuperai. »

Plus tard dans la journée, la fille mourut. Fidèle à sa promesse, Heda récupéra les deux bébés dans la voiture et les emmena avec elle.

Pendant 30 ans, Heda s'occupa des garçons, qu'elle avait appelés Hank et Tank.

Au début, ce ne fut pas facile. L'adaption se passait bien, et le fait de vivre avec des Mutants semblait naturel pour eux, même si quelques fois ils se demandaient pourquoi ils étaient différents des autres…
C'est en grandissant que cela fut plus difficile. Chaque Mutant naissait avec des mutations. Certains avaient des mutations mentales, mais ils étaient rares. Les plus courantes étaient les mutations physiques. Aussi, lorsque les garçons commencèrent à jouer avec les enfants Mutants, il se rendirent compte qu'ils étaient plus faibles que les autres. Quand ils furent en âge de s'entraîner au combat, ils compensèrent leur manque en s'entraînant beaucoup plus. À 30 ans, ils étaient devenus de solides gaillards, de bons combattants…
de bons fils…

Puis Heda mourut, à l'âge de 98 ans. Avant de rendre l'âme, elle eut le temps de raconter à ceux qu'elle considérait comme ses fils, l'histoire qui était la leur.

L'ayant pleurée pendant trois jours, selon la coutume du clan, Hank et Tank décidèrent de retourner parmi les leurs. Ils quittèrent donc le clan et se dirigèrent vers Merc City.

En chemin ils rencontrèrent un mercenaire qui était traqué par les siens et lui rendirent service
en brouillant ses traces. En remerciement il leur laissa son véhicule. Ils le rebaptisèrent « Coyote ».

Avec ce véhicule, il commencèrent à se déplacer à la rencontre des différents convois afin d'échanger
des biens de consommation courante : eau, essence, munitions, provisions…
Leur réputation parlait pour eux, les affaires étaient florissantes. Mais avec le temps, certains convois devinrent dangereux à fréquenter : les gens en voulaient toujours plus, et plus d'une fois, ils furent pris à parti et ne durent leur salut qu'à leur constitution physique impressionnante et aux fusils d'assaut qu'ils traînaient constamment avec eux.

Avant d'avoir plus d'ennuis, ils tinrent conseil sur la façon la plus adaptée d'assurer leur survie.
Hank s'entendait bien avec Talla. Une vraie amitié. C'est donc presque naturellement qu'ils rejoignirent
le convoi d'Esclavagistes. Après tout, l'individu est une marchandise comme une autre, tant qu'il y a de la demande…




Hank et Tank sont terminés depuis quelque temps, mais n'avaient jamais été photographiés.
C'est maintenant chose faite…




Coyote est un combi Volkswagen des années 1960-1970. Comme pour le précédent véhicule, voici la photo avant travaux :




J'ai procédé comme les autres fois à une personnalisation du véhicule, et j'ai créé une galerie, afin de transporter toutes sortes de marchandises et de bagages…














dimanche 3 avril 2016

[Red Button's Nation] : Gideon 2.0

Suite au post que j'ai publié hier, certains de mes petits camarades (^^), à commencer par Le_Lapin, bientôt appuyé par Spock, m'ont fait remarqué bien aimablement, que la caisse arrière de Gideon était un peu vide.

Cette remarque étant pertinente, je me suis empressé de remettre un peu de barda dans cette caisse. Pas trop, parce qu'il faut quand même pouvoir y monter, mais suffisamment pour que cela fasse plus « vivant ». Tant que j'y étais, et comme j'aime bien faire plaisir aux gens, j'ai rajouté quelques sacs à droite et à gauche…

Voici donc la version 2.0 de Gideon :












Photo retrouvée dans la boîte à gants, probablement une des dernières ayant pu être développée.
Non datée. Siaye, Darius et Martha posent devant Gideon, quelques parts dans les Terres Mortes.
Au dos, une note manuscrite : « À Siaye, Darius et Martha, avec qui j'ai partagé de vrais moments d'amitié ».
La signature est celle de Wallach_IX…


samedi 2 avril 2016

[Red Button's Nation ] : Gideon

Siaye fulminait.

Elle venait de revenir du hangar sous lequel la bande avait installé le coin repas, pour se rendre compte que sa tente était vide. Plus de sac de couchage. Plus de vêtements. Plus de sac à dos. Plus rien.

Ça n'était pas un vol, elle le savait. Les membres de la bande étaient suffisamment soudés pour ne pas se détrousser les uns les autres. C'était pire. Il y en a un qui avait décidé de jouer au con, et qui allait la faire courir dans tous les sens toute la journée dans l'espoir de récupérer son barda…

Siaye n'était pas patiente.

Elle partit d'un pas énergique vers les véhicules en criant comme une possédée :

« Wormson, espèce de salopard. Tu as deux minutes pour me rendre mes affaires avant que j't'explose la tronche ! »

Pas de réponse.

« WORMSON ! Tu fais chier, merde ! »

Silence.

Elle repartit vers le réfectoire. Personne.

« Rudbaugh ! Yiprick ! »

Le hangar restait désert.

Elle traversa le camp pour aller trouver Thorhart qui avait élu domicile dans une maison en ruine. Elle s'approcha silencieusement et s'arrêta. Les sens aux aguets, elle attendait. Pas un bruit.

« Thorhart ? »

Visiblement, il n'était pas là.

Rageuse, Syaie décida de bouder. Elle rejoignit sa tente afin d'y passer la journée en attendant que ses affaires reviennent, tout en réfléchissant au châtiment qu'elle infligerai au coupable. Elle arriva à destination et constata que sa tente avait disparue…

« Putain !!! »

Folle de rage, elle arpenta le camp dans tous les sens. Personne. Ils avaient tous disparus. Ou plutôt non : ils se payaient sa tête tous ensemble.

Elle finit par arriver au bus. Devant celui-ci, assis sur une caisse, Talla était en train d'affûter la lame de son épée. Il leva la tête et lui fit un sourire.

« Ça va Siaye ? Pense à préparer tes affaires, on va bientôt partir…»

« Quoi !?! Non, ça va pas ! Une ou plusieurs andouilles ont planqué mon barda, ils savent que j'ai horreur de ça ! »

Talla la regarda, amusé.

« Je crois qu'elle est à point Thorhart ! Déplace le bus ! »

Le gros moteur se mit à vrombir. Thorhart enclencha la marche arrière et recula d'une dizaine de mètres.

Siaye ne comprenait rien. Elle regarda le bus se déplacer. Lorsque la vue fut dégagée, elle vit.

Elle vit un pick-up autour duquel se trouvaient le reste de la bande.

Talla la rejoignit.

« Tu vois ce camion ? C'est le tien. On l'a appelé Gideon. Bon anniversaire Siaye ! »

« Quoi ? Personne ne connaît ma date d'anniversaire, à part… Darius ! »

Le grand balaise lui fit un clin d'œil et s'écarta.

Elle aperçut alors sa tente, soigneusement rangée et attachée sur le flanc, et le reste de ses affaires accrochées à l'arrière.

Remontant le regard, elle eut un hoquet de surprise. À l'arrière du pick-up était installée une rampe de lancement avec un missile.

« Au début, je voulais te faire un feu d'artifice, mais j'ai pas trouvé ce qu'il fallait. Martha m'a dit qu'un missile, c'était une fusée comme une autre… »

« Mais… comment… ». Siaye ne comprenait rien.

« Darius est venu me voir, dit Talla. Il avait trouvé un véhicule pour toi, mais il était en sale état. On l'a ramené, et ils ont tous bossé dessus. Rubaugh s'est occupé de la mécanique, Wormson a débosselé, Yiprick, Der Sturm et Darius ont trouvé et installé le missile. C'est fou quand même, reprit-il après un instant de silence, lorsqu'il s'agit de faire quelque chose pour toi, ils arrivent même à se mettre au boulot… »




Un de plus. Gideon est le cinquième véhicule pour RBN. À l'origine, il ressemble à ça :




J'ai repris le même principe que pour Marlène, la lame de rasoir mécanique à l'avant pour faire office de bélier.

Le lance-missile est fait à partir d'un bout de carte plastique, d'une pique à brochette en bois et d'un missile GW qui traînait dans la boîte à rabiot. Les autres accessoires proviennent comme d'habitude de chez Pardulon.

Voici Gideon toiletté pour le post apo :