20150525

Première partie de Red Buton's Nation, on a perdu… / Réception du pledge Kolaps Ground Zero / Esprit fait des cadeaux / Action

Vendredi 22, le Wallach s'est rendu chez les Nerviens, afin d'y retrouver Esprit, Minus, Lixa et  Oll pour une première partie de Red Button's Nation.

Ambiance décontractée autour de la table de jeu qu'Esprit a confectionné et que vous pourrez voir à la Convention Day à Marquette-lez-Lille le 13 juin…
Esprit se place en observateur/arbitre, afin de guider les joueurs des 2 camps. Minus fait équipe avec Oll, à la tête d'une bande de cultistes.
Pour ma part, je suis avec Lixa aux commandes de ma faction d'Esclavagistes qui va essuyer le feu post-apocalyptique pour la première fois.

On commence à se déployer, et je me rends compte rapidement que l'adversaire dispose de plus de fantassins que nous, pour la même valeur de points. Lixa bougonne. Lixa ronchonne. Lixa grommelle.

– Y sont trop chers en points tes esclavagistes, on n'est pas assez nombreux, on va se faire rouler dessus !

– Meuuuuuh non ! De toute façon, Minus, il à la loose aux dés, reste calme, tu vas voir, ça va aller…

Ben en fait, ce soir là, Minus il avait pas trop la loose aux dés… et on s'est effectivement fait rouler dessus…

– Tu vois, je te l'avais dit qu'ils étaient trop chers en points. Et puis pourquoi tu lui a mis une griffe bactérielle à celui-là ? Et celui-là avec son arbalète, pourquoi…

Tout y est passé ! ^^

Ceci dit, il a raison. J'ai remarqué pendant la partie que nos adversaires (les fourbes) descendaient rarement de leurs véhicules (les lâches). Comme ils étaient plus nombreux, ils pouvaient tirer de leurs véhicules.
Du fait du sous-nombre, les Esclavagistes n'étaient pas en nombre suffisant dans les véhicules :
2 véhicules sur 3 n'avaient qu'un chauffeur qui ne pouvait pas utiliser les armes de sa voiture, parce qu'il conduisait…
Donc, il faut que mes Esclavagistes soient plus nombreux. La règle permet de jouer pour la moitié des points de faction des esclaves, qui ne peuvent être équipés que d'armes de corps à corps.
1 esclave vaudra à peu près 15 points. Mes Esclavagistes sont au minimum à 32 points, mais en règle générale, on tourne à un petit 40 points…

Il faut aussi que je vous dise que quand Lixa bougonne, ronchonne ou grommelle, il reste d'excellente compagnie ! Et je dis pas ça parce qu'il m'a autorisé à utiliser les photos qu'il a prises. ^^
J'y étais allé dans un esprit à-côté-de-mon-blog…

Les 3 véhicules utilisés par les Esclavagistes, prêtés pour l'occasion par Esprit.

Rudbaugh dans un trou (à droite de la voiture). Il mettra un carreau d'arbalète dans le Cultiste avec un lance-missiles,
mais ne pourra empêcher le véhicule d'être détruit…
Quelques tours plus tard, le porteur de lance-missiles qui est blessé, achèvera Rudbaugh au corps à corps…

Darius et Martha, après avoir dégommé au fusil de chasse le conducteur du véhicule lourd des Cultistes.
Le chef Cultiste en sortira vivant et transformera Darius et Martha en brochettes grillées à point
à l'aide de son lance-flammes…

Au final, une bonne impression du jeu, ça se déroule de manière fluide, et les décors, les figurines et les véhicules peints font que c'est très immersif !
La partie, même perdue fut très intéressante, et m'a surtout permis de me rendre compte de quelques erreurs d'appréciation de ma part à la lecture des règles. Je vais donc m'arranger pour remédier à cela, et je me vengerai !!!


Minus a profité de l'occasion pour me remettre mon pledge de Kolaps Ground Zero, qu'il avait réceptionné avec d'autres.
Comme d'habitude, c'est du beau travail : les figurines sont de qualité, le livre de règle est agréable à lire, l'impression du poster de jeu est de bonne qualité. Il faudra que j'aille voir David à la convention de Marquette-Lez-Lille car il me manque la carte d'activation de Julian Calves.
Ceci dit, ça ne compte pas : étant donné la qualité du travail qu'il fait, et le respect des délais qu'il annonce, ce petit oubli ne compte pas pour grand chose !

Livre de règles

Livre de règles : pages intérieures

Livre de règles : pages intérieures

Profils pré-tirés et cartes d'activation

Shéol

APC

Chrisme


Esprit fait des cadeaux !!!

Les testeurs présents ce vendredi se sont vus remettre par Esprit une enveloppe, dans laquelle chacun a trouvé une figurine ainsi qu'une moto. Petit cadeau sympathique. Esprit nous demande juste de lui envoyer des photos lorsque cela sera peint, afin de pouvoir les utiliser comme matériel d'illustration.

Dans ma petite enveloppe, il y avait ça :

La figurine-cadeau d'Esprit, que je ne vais pas tarder à peindre.
Comme elle est d'une hauteur assez conséquente, à cause de la bannière,
je l'ai fixée sur un socle de 25 mm en métal.
Qu'elle essaie de tomber, maintenant !


La moto-cadeau d'Esprit.
C'est un jouet, mais à la bonne échelle. Là, ça ne ressemble à rien, mais regardez l'image ci-dessous :
un passage de sous-couche, et ça change déjà pas mal de choses…



Esprit m'ayant dit avoir trouvé ses véhicules chez Action, une obscure solderie, j'ai profité du week-end pour me renseigner, et Lixa, écoute : JE L'AI TROUVÉE !!!
Je sais où se trouve le magasin Action de Lille !!! Alors qu'est-ce t'en dit, hein, hein, qu'est-ce t'en dit ?

Comme je l'ai trouvé, j'y suis entré, et quand je suis ressorti, c'était avec cela :


Les petites sœurs de l'horrible moto présentée plus haut, une dizaine pour 39 centimes d'euros / pièce…

Et puis tant que j'y étais, il y avait également ceci :



Là, malheureusement, c'était la seule… pour 0,99 centimes d'euro… Au total avec les motos, j'en ai eu pour moins de 5,00 euros…

Elle est pas belle la vie ?

20150519

[Red Button's Nation] : Darius & Martha

Darius était assis au sommet d'un immeuble en ruine. Le fusil a portée de main, il était en apparence détendu mais ses sens étaient en alerte.

Aussi fut-il surpris lorsqu'il senti une main toute légère sur son épaule.

– Salut Darius, bonjour Martha. Vous faites une pause ?

– Siaye. Encore une fois je ne t'ai pas entendu venir. Martha dit que je vieilli…

Les deux femmes se regardèrent. Syaie fit un clin d'œil à Martha.

–  Elle te taquine Darius. Il n'y a pas beaucoup de personnes qui m'entendent arriver. La discrétion fait aussi partie du kit de survie.

Quelques étages plus bas, Wormson, Rudbaugh et Talla revenaient vers les véhicules auprès desquels Der Sturm montait la garde.

La semaine précédente, la bande avait croisé un marchand de rumeurs. Moyennant un bon repas et quelques petites pièces d'équipement, il leur avait raconté les nouvelles qui se répandaient dans la zone dans laquelle ils se trouvaient. Quelques infos intéressantes, beaucoup de choses sans trop d'importance, et l'information qui sembla de premier ordre pour Talla : on disait que depuis quelques semaines, un groupe d'une dizaine de robots circulait dans la ville en ruine,
à 3 km au nord-ouest. Jamais les robots ne se hasardaient aussi loin de leur territoire en si petit nombre.

Ils devaient chercher quelque chose, et le fait qu'ils soient encore là démontrait clairement qu'il n'avaient pas trouvé
ce pour quoi ils étaient venus.
Talla n'avait rien de spécial contre les robots. Il voyait juste ce que la revente de leurs composants pouvait ramener à la bande. Si en plus, ils arrivaient à en capturer un en état de marche, un Manipulateur pourrait certainement le reprogrammer, permettant ainsi au futur acheteur d'en faire un usage personnalisé. 

Une partie de la bande se dirigea donc vers la ville. Ils étaient là depuis la veille en fin de journée. Ils avaient exploré précautionneusement une petite partie de la ville, mais jusqu'à maintenant, aucune trace des robots. La recherche prenait du temps car il fallait opérer de façon très prudente. Les robots étaient en route vers leur objectif, et un humain sur leur route subissait le même sort qu'un rat ou un cafard ; une fin rapide et douloureuse.

Talla jeta un œil autour de lui.

– Siaye est revenue ?

– Il y a un petit moment , répondit Der Sturm.

– Elle est encore en train de jouer à cache-cache ? demanda Wormson.

– Je ne crois pas. Elle est montée sur le toit rejoindre Darius. Ils doivent être en train de faire la conversation…

– Brrrr !!! fit Wormson. Je l'aime pas ce type, il me fiche la chair de poule…

Rudbaugh regardait Wormson, comme s'il essayait de comprendre le sens profond de la remarque du colosse.  Wormson et Darius étaient tous les deux puissamment bâtis et doués d'une grande force physique. Que l'un puisse avoir peur de l'autre était une notion que Rudbaugh ne comprenait pas.

– Quoi ? fit Wormson.

– Rien, dit Rudbaugh, absolument rien.

– Tu trouve ça normal toi qu'un type se balade tout le temps avec le crâne de sa femme fixé sur une barre de métal qu'il porte dans le dos et à qui il parle toute la journée ?

Rudbaugh n'eut pas le loisir de répondre. Siaye et Darius venaient de redescendre du toit.

– Ah vous êtes là dit Talla. On va arrêter les recherches pour aujourd'hui, la nuit va bientôt tomber, et ces saloperies de ferrailles vont avoir l'avantage, avec leurs capteurs thermiques. On reviendra demain.

– Allez, en voiture. Darius, tu montes avec moi ?

– Je vais plutôt m'accrocher à l'arrière, si tu veux bien : Martha aime sentir le vent dans ses cheveux…










RED BUTTON'S NATION : Roldo

La nuit avait été fraîche. Sara et Pete avait commencé la traque d'un cerf à deux têtes la veille au soir. La bête, bien que gravement...