dimanche 17 juillet 2016

[Red Button's Nation] : Rita Mk II Remix / Cartes persos et véhicules / Un petit point de la situation / Shanty Town #1 v2.0

Rita Mk II Remix

Après Suzy, c'est à Rita de se faire refaire le portrait. Cette fois ci, la rouille n'est pas en question,
elle me semble acceptable, il s'agirait plutôt de l'aspect visuel de Rita.

Pour mémoire, la première version de Rita ressemble à ceci :










Pour cette voiture, je voulais mettre un moteur qui dépassait du capot. Brillante idée.
Ça fait partie des choses que l'on peut voir couramment en post apo, et il vrai que ça en jette…

Seulement voilà, j'ai eu la mauvaise idée de coller le moteur directement sur le capot, alors qu'en fait, l'impression de « monstre de la route » aurait été accentuée si j'avais découpé le capot, afin de glisser
le moteur dedans et en le laissant dépasser d'un bon tiers de sa hauteur.

Seulement voilà, la carrosserie est en métal… et le Wallach repousse toujours le moment d'investir dans
un Dremel, se disant (à raison d'ailleurs) que, vu le peu d'utilité qu'il en a pour le moment ça ne serait pas forcément un achat rentable.
Ouais… mais « pas de Dremel » entraîne le logique « pas de trou »…

Donc, pour changer, je ne suis pas satisfait.

Les bidons sur le toit, c'est pareil : ça me plaisait, et maintenant, ça ne me plaît plus…

Les bagages aussi : sur mes autres véhicules, il y en a plus, c'est d'ailleurs en quelque sorte la marque
de fabrique de ce Convoi. Des nomades, faut bien qu'ils aient des bagages, même un peu…

Pis merde quoi, on est là pour se foutre sur la gueule, et pas une protection, pas une arme, rien…
Nomades du dimanche, va !

Bon on récapitule pour ceux du fond qui font les c*ns : on vire le moteur et les bidons, on lui claque un bélier avant, des bagages, plus de bagages, et puis soyons fou, allez, une mitrailleuse à double canon.
Le double canon n'amènera rien de plus, mais visuellement c'est sympa, et en plus, si ça sert à rien,
c'est complètement indispensable !

Allez c'est parti, vous pouvez jouer au jeu des 7 erreurs entre les photos du dessus et celles qui suivent,
si vous avez du temps à perdre… ^^












   


Bon. Je ne vais pas faire le fier, mais c'est quand même plus dans l'idée de ce que j'ai fait avant…




Cartes persos et véhicules

Pour la v1.0 de RBN, j'avais fait des cartes pour mes personnages, qui reprenaient leurs équipements, compétences, et qui surtout me permettaient de tout avoir devant les yeux, personnage par personnage, plutôt que de retourner dans des documents griffonnés à l'arrache avant la partie…
J'avais fait quelques erreurs dans mes profils, donc, avec l'arrivée de la v2.0, j'ai ressorti ces cartes, actualisées.

Au départ le format était de 63 x 88 mm, les cartes étaient imprimées recto/verso, et entraient
sans problème dans des protèges cartes standards.
J'étais reparti sur le même mode opératoire, et arrivé aux cartes véhicules, et je me suis rendu compte
d'un petit problème : j'ai travaillé mes cartes véhicules comme mes cartes personnages.
La différence, c'est que sur mes cartes véhicules, j'ai les stats d'un côté, et de l'autre, j'ai le positionnement des figurines dans la voiture.

Donc pour reprendre, mes cartes persos font 63 x 88 mm, recto/verso.

Mes cartes véhicules font 63 x 88 mm x 2 et sont présentées côte à côte (vous prenez pas trop la tête, ça sera clair quand vous arriverez aux visuels).

Comme je ne peux pas changer mes cartes véhicules, j'ai adapté mes cartes personnages. Maintenant elles font toutes 126 x 88 mm. Merveilleux. Oui, mais… ça ne rentre plus dans un protège carte standard… Arrrrrrghhhhh !!!!!

Peu importe. J'ai décidé de protéger mes cartes, déjà pour pouvoir écrire dessus au feutre effaçable,
et ensuite pour qu'elles ne s'abiment pas trop vite. Le protège carte ne veut pas coopérer ?
Qu'il aille rôtir en enfer !

Wallach, faut pas l'chercher.

Wallach a décidé de protéger ses cartes, et il les protégera.
Ça en devient une affaire personnelle entre le protège carte et moi !

Je l'avais pas dit au protége carte, mais à Nowel, parmi les quelques tonnes de paquets qui étaient au pied
du sapin, il y avait une plastifieuse…

Quand je dis qu'il faut pas me chercher… ^^

Voici donc les fameuses cartes, protégées…












Un petit point de la situation

Il est des fois où je m'éparpille sec dans tous les coins, c'est pas nouveau…

En ce qui concerne RBN, je m'y tiens depuis janvier, et force m'est de reconnaître que je commence à voir que les choses se mettent sérieusement en place.

Actuellement, j'ai 402 points de personnages dans mon Convoi, et j'ai 406 points de véhicules, en comptant la version Mk II de Rita.

Les formats standards de RBN sont 300, 600 et 900 points, avec au moins 1/3 de véhicules.

Si j'envisage une partie à 900 points, il me faudrait au moins 300 points de véhicules, et là j'en ai 406, plus le bus à terminer, donc je suis largement bon avec mes bagnoles, pour jouer dans les trois formats différents.

Par contre pour les persos, j'en suis à 402 points, et pour une partie à 900 points, il m'en faudrait 600.
Donc retour aux pinceaux, et on va repeindre 198 points de figurines.

Après cela, je serai prêt à jouer dans tous les formats.

Donc, manque quelques Esclavagistes. Niveau véhicules pour ce Convoi ci, je vais m'occuper du bus, puis j'arrête là.

Ensuite viendront les décors : j'en ai des caisses de chez Pardulon qui attendent…




Shanty Town #1 v2.0

Z'avez remarqué la transition habile ?

Parlons donc décors. J'ai repris un élément de Shanty Town que j'avais déjà peint et j'avais présenté ici.

Comme je suis dans une grande période d'insatisfaction, j'ai décidé de reprendre une partie de la peinture, en travaillant la rouille comme sur les véhicules de mon Convoi.

Cela ressemble maintenant un peu plus à ce que j'aime.



















samedi 2 juillet 2016

[Red Button's Nation] : Thorvald

Le Convoi venait d'arriver aux alentours de Merc City et s'était arrêté pour la nuit.

La journée était bien entamée, et le temps d'arriver et de s'installer, il serait trop tard pour faire une vente d'esclaves aujourd'hui.

Talla préférait donc passer une nuit tranquille en dehors de la ville et y entrer de bon matin pour commencer le négoce.

Hank, Tank, Darius et Ike ne s'étaient pas arrêtés. Ils avaient continué à suivre la route à bord de Coyote,
et avaient prévu de passer la soirée à Merc City et de revenir ensuite au campement.

L'endroit où la bande s'était arrêtée était un peu à l'écart de la route, et pouvait sans contestation possible être assimilé à du terrain sableux. La zone faisait encore partie du désert. Ça et là une dune cassait la monotonie de l'étendue beige et plate.

Pendant que Thorhart gérait les différentes zones du terrain (stationnement, couchage, réfectoire,
espace pour les esclaves…), les autres commençaient à s'installer tranquillement en montant les tentes
et en déchargeant le matériel servant à la préparation du repas, Talla examinait le terrain et plaçait
les équipes de garde.

Le moment était paisible, bon enfant. Descendre des véhicules après plusieurs heures de route faisait
un bien fou. C'était l'occasion de se détendre les membres endoloris et de se laisser glisser doucement
vers la soirée qui arriverait d'ici quelques heures.

Déjà la température avait baissé et la brise, plus fraîche, était plus supportable.

Siaye et Der Sturm étaient à côté de La Cage et discutaient avec Hannah. C'était sa dernière nuit au camp. Demain après la deuxième vente d'esclaves de la journée, celle de l'après-midi, Talla, Rudbaugh et Yiprick partiraient en voiture avec elle. Talla irait offrir Hannah à son vieux pote Wallach. Si Wallach l'acceptait, elle avait des chances de devenir sa compagne à plus ou moins long terme, et les membres du Convoi
la reverraient.

L'ambiance était sereine et toute en demi teinte, quand un léger bourdonnement se fit entendre. Wormson fut le premier à le remarquer. De discret, le son devint peu à peu plus présent, jusqu'à ce que l'on entende plus que ça.

Un peu partout dans le camp, les armes sortaient des étuis et des fourreaux. Ce bruit inhabituel
ne présageait rien de bon, et l'imminence d'un conflit commençait à prendre forme dans toutes les têtes…

Soudain, de derrière une dune jaillit un objet lancé à pleine vitesse, celui-là même qui assourdissait
tout le monde depuis de nombreuses minutes.

L'atterrissage se fit avec un bruit sourd, et fut ponctué d'un « Yahouuuuu » de la part du conducteur,
qui fit tourner son véhicule tout en tirant le frein à main, effectuant un demi tour tout en glissade
et en projection de sable.

Le véhicule était à peine arrêté qu'une demi douzaine d'armes à feu était dirigée vers lui.

Levant les mains au dessus de la tête, Darius se leva :

« Faites pas les cons les mecs, c'est moi ! ».

« Darius ?!? Tu n'étais pas sensé être à Merc City avec Hank, Tank et Ike ? » lui demanda Yiprick.

« Si, si. Mais tu connais ce patelin, il y a toujours des affaires à faire. J'ai vu cet engin et j'ai craqué.
Une fois acheté, je n'ai eu qu'une envie, c'était de venir vous le faire voir ! »

« La prochaine fois, préviens… ou arrive plus doucement, tu as failli te faire cribler de balles… »,
 dit Talla.

« J'avoue avoir été un peu enthousiaste ! Alors vous en pensez quoi ? »

« C'est pas un modèle courant, dit Siaye, mais sa forme me plaît bien. »

« Le type qui me l'a vendu appelle ça un buggy. »

« Il a de la gueule », dit Rudbaugh.

« Et qui t'a vendu ça ? », demanda Talla.

« Sais pas. Je le connais pas. »

« Ça t'a coûté quoi ? », demanda Thorhart.

« Un lance roquettes, 3 couvertures, 1 tente, 1 paire de chaussures de marche et 1 sac. »

« C'est honnête… »




Entrée bruyante de Thorvald.

Introduire un buggy dans la bande permettait d'utiliser les options Structure allégée, qui confère à un véhicule moyen un surcroît de vitesse (comme un véhicule léger) tout en gardant les capacités de transport de passagers et de tireurs d'un véhicule moyen, et Tout terrain, qui permet de se déplacer à la même vitesse que sur la route.

Thorvald est l'un des derniers véhicules produits par Pardulon avant sa fermeture. Il est issu d'une série
de trois buggys qui étaient vendus indépendamment…

















dimanche 19 juin 2016

[Red Button's Nation] : Melchior & La Cage


Melchior.

Le soleil était haut dans le ciel.

L'air était chaud et sec. La température flirtait avec les 35° C.

C'était une journée magnifique.

Le Convoi s'était arrêté pour quelques jours près de bâtiments industriels désaffectés.

Talla avait laissé quartier libre à tout le monde, et la bande prenait le temps de vivre, tranquillement…

Wormson avait démonté son lance-flammes et le nettoyait complètement, Hank et Tank étaient en train
de réviser Coyote, Rudbaugh s'entraînait au tir avec son arbalète, Siaye écrivait dans un vieux carnet…

Thorhart et Der Sturm étaient grimpés sur le toit de Melchior.

Melchior était une prise de guerre. Une camionnette que la bande avait volé à des Survivants avec lesquels ils avaient eu un petit différent verbal qui avait rapidement dégénéré en conflit armé.

Comme disait Yiprick, c'était amusant de constater que les Survivants n'avaient pas survécu…
Après avoir répertorié ce qui pouvait être récupérable, Thorhart fit l'inventaire des véhicules qui ne serviraient désormais plus à leurs défunts propriétaires. Une des voitures était dans un sale état, pas grand chose de récupérable… la seconde avait été copieusement arrosée par le déluge de plomb qui avait eu lieu quelques heures auparavant. Restait une camionnette, dans un état acceptable, qui vint rejoindre la flotte automobile des Esclavagistes. Elle avait reçu le nom de Melchior.

Thorhart profitait donc de ces quelques jours de relâche, pour bricoler Melchior, de façon à l'adapter
aux besoins du Convoi. Avec Der Sturm, ils avaient calfeutré les ouvertures trop nombreuses à leur goût.
Après avoir réglé quelques détails mécaniques, les deux hommes avaient entrepris d'installer
une mitrailleuse sur le toit.
Au prix d'un effort difficile, notamment à cause de la chaleur, ils parvinrent à la hisser et à l'installer.
Ils commencèrent donc à la fixer tout en échangeant à haute voix leurs avis respectifs.

Ike vint à passer par là.

Il s'installa à l'ombre et observa le travail des deux hommes.

« Vous allez percer le toit ? »

« C'est quoi cette idée de merde ? lui lança Der Sturm. Tu n'as pas l'impression qu'on a passé pas mal
de temps à colmater les trous ? C'est pas pour en refaire d'autres… »

« Ben je disais ça par rapport à la mitrailleuse… »

« C'est quoi le rapport ? »

« Si on veut tirer avec, faut bien pouvoir aller l'actionner… »

Thorhart leva la tête et esquissa un sourire :

« Trop dangeureux. »

« Elle va pas servir alors ? »

« Bien sûr que si ! »

« Je comprends plus, là… »

Thorhart sauta lestement du toit du véhicule.

« Je vais te faire voir. Sturm, t'en a encore pour longtemps ? »

« 5 minutes… »

« Ok. Bon viens voir Ike, tu vas avoir droit à une démo. Monte côté passager. »

Ils s'installèrent à l'intérieur de la camionnette, et attendirent patiemment. Peu de temps après, la tête rougeaude de Der Sturm apparut à la portière côté conducteur.

« Ça devrait aller Thorhart, tu peux faire un essai. »

« C'est parti ! »

Thorhart fit démarrer Melchior et alla le garer face à un tas de bidons vides entassés pêle-mêle les uns
sur les autres.

« Allez vas-y Ike, tire. »

« Euh… je fais comment ? »

« Tu sors par le trou dans la porte et tu montes sur le toit. »

« C'est complètement con ! »

« Nous sommes bien d'accord », dit Thorhart en riant. Sur le tableau de bord, il y a un bouton, appuie dessus. »

Ike obéit. Il appuya longuement.

Un bruit de tonnerre éclata au-dessus de leurs têtes et une grêle de balles partit droit devant, touchant de plein fouet les bidons vides qui virevoltèrent suite à l'impact.

« Putain… c'est génial ! »

« Et pas besoin de sortir… La mitrailleuse est reliée au bouton par un câble. Le seul problème, c'est qu'il faut monter sur le toit pour aller changer le magasin à munitions… »




Melchior a plusieurs fonctions : il peut transporter des marchandises ou des passagers, et il peut aussi servir à dégager le passage grâce à sa mitrailleuse automatisée. Puisque j'en parle, j'en profite pour signaler que l'idée n'est pas de moi, mais m'a fort aimablement été suggérée par Ronin, qu'il en soit remercié !

À l'origine, Melchior est une ambulance… Ironique non ? Conçu pour sauver des vies, voilà qu'il est équipé pour en prendre… ^^

Voici, comme d'habitude un visuel du modèle de départ :




C'est encore et toujours un véhicule de chez Action.

Revoici Melchior, après quelques heures de travail…
















J'avais terminé mon travail sur ce véhicule, je l'avais verni consciencieusement, et je savourais le résultat de mon travail, quand soudain, j'aperçus à l'arrière de la camionnette un système d'attache.
J'étais d'autant plus surpris que je ne l'avais pas vu pendant que je peignais…
En allant voir de plus près les autres véhicules utilitaires de cette série, je me suis rendu compte que pas mal d'entre eux sont équipés de ce système.
Curieux… Et surtout, à quoi peut bien servir un système d'attache en période post apocalyptique…

Après tout, puisqu'ils sont là, il faut peut être leur trouver une utilité, non ?

Il n'en fallait pas plus pour que je commence à gamberger…

Quelques jours plus tard, naissait La Cage.

Et du coup, bande de veinards, vous profitez de deux posts dans un seul, et double dose de fluff !

Allez, c'est parti !




La Cage.

Siaye était heureuse.

Il faisait beau depuis plusieurs jours, parfois un peu trop chaud.

Talla l'avait annoncé ce matin : départ pour Merc City lorsque le soleil serait au zénith.

Siaye aimait bien traîner à Merc City. C'était souvent l'occasion de revoir des visages amis, d'aller flâner chez l'armurier…

Pour l'instant, elle faisait des aller-retours entre sa tente et son camion. Lorsqu'elle aurait fini de remballer tout son barda, il lui resterait encore un peu de temps pour démonter et graisser son pistolet automatique.

Son trajet fut perturbé par le bus qui venait de se garer en plein milieu de son chemin. Yiprick venait
de l'amener, et il supervisait le chargement en vue du départ.

Nullement décontenancée, Siaye bifurqua entre les tentes, sur sa gauche, afin de contourner le gros porteur.

« Bonjour Siaye. »

Subitement tirée de ses pensées, Siaye leva la tête. Regardant vers La Cage, elle vit son occupante
qui lui souriait.

« Bonjour Hannah. Tu as bonne mine dis donc ! »

Hannah faisait partie d'un groupe d'esclaves appartenant aux Cultistes de l'Harmonie Guerrière du Nouvel Ordre Biomécanique. Les Cultistes et les Esclavagistes s'étaient rencontrés autour d'un point d'eau, et aucun des deux groupes ne voulant laisser l'autre boire en premier, une rixe en avait découlée. Cela avait été un affrontement mineur, avec quelques plaies et bosses des deux côtés, et la situation aurait pu s'éterniser, jusqu'à ce que Wormson se décide à brûler au lance-flammes un des Cultistes qui était trop près du point d'eau à son goût. Voyant leur camarade s'embraser tout en hurlant, les adeptes de l'Harmonie Guerrière
du Nouvel Ordre Biomécanique n'avait pas demandé leur reste, et s'étaient enfuis comme des couards en s'entassant à la va-vite dans les véhicules les plus proches. Dans leur hâte, ils avaient laissé leurs esclaves.
Ceux-ci furent bientôt, triés puis répartis en groupes. Sauf Hannah. Pour elle, ce fut La Cage.

Siaye aimait bien Hannah. Elle était gentille, quoique déterminée, et avait une grande culture.
C'était, en plus, une très belle femme, qui devait approcher les 35 ans. Avec le temps, elles avaient sympathisé.

« Ce n'est pas difficile tu sais, j'ai une place privilégiée… Je suis en plein soleil toute la journée, confortablement installée, alors que les autres marchent… »

« Tu dois cela à Talla, lui dit Siaye, il a des projets pour toi… »

« Oh… Lesquels ? »

« Il te destine à quelqu'un en particulier… »

« Une commande ? Un homme raffiné, j'espère… »

« Non, pas une commande, un cadeau plutôt… Quant à te dire si l'homme est raffiné, tu t'en rendras compte par toi-même bien assez tôt ! »

« Tu connais mon futur propriétaire ? » demanda Hannah.

« Plutôt bien. Est-ce que le nom de Wallach t'évoque quelque chose ? »

Hannah eut un instant de stupeur. Son visage pâlit soudainement.

Siaye s'amusait.

« Vu le changement d'expression sur ton visage, je vois que le nom ne t'es pas inconnu… »

« D'horribles rumeurs circulent à propos cet homme », dit Hannah.

« C'est un mercenaire, dit Siaye. Comme les autres de son espèce, il fascine les gens et son nom se retrouve quelques fois au cœur d'histoires inventées de toutes pièces… »

« Et comment est-il vraiment, toi qui le connais ? »

« En cas de conflit, il vaut mieux l'avoir de son côté. Néanmoins, c'est un de nos amis. On le voit régulièrement. Il est de bonne compagnie, quand il ne travaille pas… »

« Quand vient-il me chercher ? »

« Il ne vient pas. Il ne sait pas que tu existes. Tu es une surprise. Si tu lui plaît, et je n'en doute pas,
la première chose qu'il fera sera de faire sauter tes chaînes et de t'affranchir.
La prochaine fois que nous reverrons, tu seras libre et armée… »

« Seulement si je lui plaît… »

Siaye sourit.

« Oui. Seulement si tu lui plaît… »




La Cage vient chez Thomarillion. Elle fait partie de matériel de décoration pour les donjons d'héroic fantasy. Afin de l'intégrer à mon Convoi, il m'a fallu lui ajouter des roues. Celles-ci viennent de chez feu Pardulon (ainsi que les rideau, le matelas et le pot…), et sont montées sur des piques à brochettes.
Hannah, elle, vient de chez Brother Vinni's Miniatures.

En terme de jeu pour Red Button's Nation, La Cage ne sert à rien. Elle peut faire office d'objectif, ou alors de décor.


















Ci-dessous, plusieurs mises en situation de La Cage avec quelques-uns de mes véhicules. J'aime assez l'ambiance…